Aller au contenu


Bienvenue sur le Forum ASSAS.NET

Bienvenue sur Assas.net !
Forte de son réseau d’anciens et d’actuels étudiants à Assas, Assas.net se fixe comme objectif de faciliter votre scolarité à Paris II en vous proposant une multitude de services en ligne, disponibles par une simple et rapide inscription !
  • Des polycopiés de cours téléchargeables en un clic
  • Des fiches synthétiques, les meilleures copies et des annales mises à jour régulièrement
  • Des guides pour vous aider à choisir vos options
  • Une messagerie privée vous permettant de discuter avec des étudiants
  • La possibilité de poser vos propres questions et de recevoir des réponses rapidement
Rejoignez-nous en vous inscrivant ici !
Guest Message by DevFuse
 

Photo

M2 Juriste-conseil des collectivités territorialesCompte-rendu de la présentation 2012 de M. Guglielmi


  • Ce sujet est fermé Ce sujet est fermé
Aucune réponse à ce sujet

#1 Strawberry Fields

Strawberry Fields

    Champ de fraises

  • Administrateur Principal
  • 8 310 messages
  • Genre:Femme
  • Filière:Droit
  • Année d'études:EFB

Posté 09 avril 2012 - 18:02

Présentation du M2 Juriste-conseil des collectivités territoriales – Professeur Guglielmi


Le M2 Juriste conseil des collectivités territoriales est un master professionnel, ouvert à l'apprentissage et très fortement professionnalisé.
Pour intégrer ce master, il faut avoir une vraie vocation pour les métiers qui ont un rapport avec le local : fonction juridique territoriale locale, avocat côté collectivités territoriales, juriste dans des entreprises privées interlocutrices des collectivités (grands délégataires de service public) ou encore associations de lobbying des collectivités.
Il n'y a aucun problème de débouché au niveau A dans les collectivités territoriales ; on a absolument besoin de tels diplômés dans les collectivités.
En outre, notre méthode associe toutes les parties, c'est-à-dire des représentants des collectivités mais aussi un grand cabinet (Fidal) et le centre interdépartemental de gestion de la fonction publique territoriale (qui organise les concours).
Ce master a donc une très bonne vision de ce qui est demandé par les recruteurs de la fonction publique territoriale.

Dans ce master, la partie juriste conseil vient du fait que les avocats apprennent avant tout à ne pas faire de contentieux : on apprend à gérer les risques, à les prévenir, à donner des solutions etc.
Une mise à niveau en contentieux a tout de même été instaurée dans le master. Le contentieux des collectivités, cependant, n'est pas qu'un contentieux administratif ; il y a aussi beaucoup de contentieux pénal, notamment le contentieux de l'environnement.


L'organisation du master :

La formation se déroule entre septembre et juin : elle commence plus tôt que les autres et termine plus tôt.
Il est parfois arrivé d'étaler la formation sur deux années pour des candidats aux caractéristiques particulières.

Les cours ont lieu le jeudi, le vendredi et le samedi matin. Les trois premiers jours de la semaine sont réservés aux stages et à l'apprentissage.
La première semaine est une semaine « surprise », sans cours de droit. Il y a aussi une semaine de voyage d'étude et d'intégration (par exemple, une « tournée » en car dans des collectivités, avec des intervenants chaque jour).

La communauté d'enseignants du M2 est extrêmement fidèle et sympathique : certains sont là depuis la fondation du master. Ce sont notamment les avocats qui ont cette vision de conseil, et les membres du CIG, qui aiment enseigner, à des jeunes pleins de potentiel et à Paris II. Tous sont là parce que cela les intéresse, si bien qu'il y a parfois trop d'examinateurs pour le grand oral.
Le CIG de Versailles est par ailleurs la structure d'expertise en droit des CT, y compris pour la DGCL du ministère. Le responsable de cette cellule enseigne dans le M2. C'est ce centre-là de la grande couronne qui met à jour le seul ouvrage exhaustif (ni public ni privé) sur l'état exact du droit des collectivités territoriales.

L'enseignement est classique : ce sont des heures de cours, mais l'enseignant est libre de faire un cours théorique ou des cas pratiques, et ceci sur tous les axes qui peuvent être utiles à la compréhension de la fonction juridique territoriale.

Il y a quatre pôles structurants :
- contrats et gestion des services publics
- fonction publique territoriale
- administration territoriale et communications électroniques
- finances publiques locales (qui comprend la gestion publique locale)
En plus de cela, il y a du droit de l'environnement, du droit de l'urbanisme, et un grand cours de droit approfondi des collectivités territoriales.

A la fin de l'année, le contrôle des connaissances est global : il y a deux épreuves
globales écrites et une épreuve globale orale.
Les deux épreuves écrites sont des consultations et des études de cas. Les questions relèveront de plusieurs domaines étudiés pendant l'année.
L'épreuve orale est un grand oral sur un sujet qui traite de façon très large des collectivités territoriales. Le but est de tester le recul des candidats par rapport à leurs connaissances, leur culture territoriale et leur capacité future à l'encadrement.


Le stage :

Concernant le stage, certains intervenants ont des contacts ou même directement des stages à proposer.
Le réseau de l'association des anciens étudiants fonctionne aussi très bien. Le stage est de quatre mois au moins. Une réglementation de 2009 empêche l'université de délivrer des conventions d'une durée supérieure à six mois.


L'apprentissage :

Pour l'apprentissage, c'est un peu différent, il faut s'y prendre plus tôt.
Il est plus intéressant d'être en apprentissage car c'est un emploi permanent. On est sur une vraie fonction, et on n'est pas simplement là en tant qu'observateur. De plus, l'apprenti est payé. Enfin, c'est un formidable outil de pré-embauche.
L'année dernière, tous ceux qui étaient en apprentissage ont obtenu une mention assez bien.


Sur les critères de sélection :

Il faut avoir une véritable vocation pour ce qui est du local : aimer les projets de terrain, voir les choses se réaliser, voir les résultats… C'est un état d'esprit qui exige un certain comportement, puisque le travail va toujours se faire en groupe.
Le Curriculum Vitae doit traduire cet état d'esprit. Il faut déjà avoir fait un stage dans une collectivité territoriale.

Nous ne prenons pas les seconds choix : en effet, le temps que nous recevions les dossiers des seconds choix, les candidats ont déjà été choisis. Certains candidats font l'effort de prévoir leur installation à Paris, il faut dont leur donner une réponse assez tôt, généralement en juin.
Les résultats universitaires ne sont pas vraiment déterminants.
Il n'y a pas d'entretien.
La lettre de motivation doit faire apparaître les points essentiels nécessaires pour se définir et pour faire apparaître le projet professionnel.
Les pièces annexes doivent absolument être jointes au dossier avant la date de clôture.
Les lettres de recommandation peuvent être utiles si elles émanent d'un professionnel.


Concernant l'EFB :

Certains étudiants font l'EFB en même temps, mais de moins en moins chaque année.
En effet, cela est assez lourd, et beaucoup de problèmes d'organisation se posent. Il arrive toujours un moment où il va falloir être absent, manquer quelque chose.
Or, ce M2 est vraiment une formation de contenu, il est donc important d'être présent.
De la même façon, si un étudiant du M2 se destine aux concours administratifs, il lui faudra organiser sa préparation aux concours avec l'IPAG ou avec un IEP avant ou après la scolarité du M2, qui n'est pas conçu pour être une telle préparation.


Le site officiel du M2 : http://djt.u-paris2.fr/
Le site de l'association des anciens : http://www.masterterritorial.fr/

Fichier(s) joint(s)


De quelle couleur devient un schtroumpf quand on l'étrangle ?





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)